Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu
Les discriminations à Molenbeek

Les discriminations à Molenbeek

Trois pages ont été publiées dans les colonnes du Soir les 26, 27 et 29 avril 2017.

Vous pouvez les relire ici.

Le premier reportage s’est concentré sur les sportifs qui, parfois par contrainte, parfois suite à une expérience malheureuse, décident de franchir les frontières de la commune de Molenbeek pour s’adonner à une activité physique. Une analyse réalisée par Sammy Grynberg.

Si Soufiane Mengari a décidé de quitter la commune après y avoir connu une expérience désagréable, d’autres sportifs, en revanche, sont contraints de se déplacer pour s’adonner à une activité physique. À cause, notamment, du manque d’infrastructures sportives, lacune propre à toutes les communes pauvres de la région, Anderlecht étant la seule à déroger à la tendance.

Le second reportage s’est focalisé sur la discrimination à l’embauche chez les jeunes molenbeekois. Marie Rigot et Aline Rodrigues vous emmènent au coeur de la commune à la rencontre des jeunes qui redoutent ce phénomène et d’autres qui ont décidé de l’éviter en devenant leur propre patron.

La discrimination, Towfiq l’a vécue. « A plusieurs reprises, des amis présentant les mêmes compétences que moi ont été rappelés pour un emploi alors que ce ne fut pas mon cas », s’attriste le jeune homme à la barbe naissante.

Le troisième reportage portait sur le combat des mamans molenbeekoises pour empêcher leurs enfants de se radicaliser voire de partir faire le djihad en Syrie. Mathilde Leflot et Anne-Sophie Depauw vous dressent le témoignages de deux mères courageuses.

« Un jour, mon fils Rayan est revenu de son cours de karaté. Il m’a dit que quelqu’un était venu chercher son petit frère, un des copains de classe de mon fils, avec qui il fait également du sport. Et qu’ils partaient pour la Syrie. » Le camarade de Rayan s’appelle Younes, le jeune frère d’Abdelhamid Abaaoud.