Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by in 1080 Intégré, Infos en plus

Apprendre le français avec l’éducation permanente : un partage de cultures

Apprendre le français avec l’éducation permanente : un partage de cultures

Lorsqu’on est analphabète ou illettré, parler, lire et écrire le français n’est jamais une fin en soi. On cherche à progresser dans un but précis : trouver un travail, suivre la scolarité de ses enfants, lire son courrier et y répondre. Les cours d’alphabétisation en éducation permanente ont été pensés pour répondre à ces besoins.

Marie-Claude Kibamba applique cette méthode d’enseignement à l’ASBL La Rue à Molenbeek. Elle prend le temps de rencontrer ses élèves et de savoir ce qui peut les bloquer sur leur chemin vers une meilleure intégration. En décembre, ils apprenaient alors à chauffer leur foyer, à le préserver de l’humidité. Tout en apprenant un vocabulaire particulier, ils découvraient les gestes à adopter dans un logement mal isolé et humide, comme il y en a beaucoup à Molenbeek. Tajuddin, un de ses élèves, écoute religieusement. Il est tombé malade à cause des moisissures qui recouvrent le mur de sa chambre.

Mais l’alphabétisation en éducation permanente, c’est aussi un partage de savoirs. Marie-Claude Kibamba met à profit les cultures variées de ses élèves. Elle a demandé à trois Afghans primo-arrivants de sa classe de cuisiner une recette typique de chez eux.  Entre le nom des ustensiles et des ingrédients, c’est l’occasion de partager plus encore que la langue française : un moment de rencontre entre les cultures. Pour les trois Afghans, c’est un moyen de reconstruire leur identité. Cette recette leur permet de transmettre quelque chose qu’ils connaissent, dans cette nouvelle vie où communiquer leur est très difficile.

L’éducation permanente est une compétence de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dans le cadre de la politique culturelle. Un décret établi en 1976 et révisé en 2003 fixe les conditions de reconnaissance et d’octroi de subventions aux organisations qui pratiquent l’éducation permanente.

Laura Duclerc

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *