Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by in 1080 Discriminé, Infos en plus

« Il ne faut pas non plus croire que c’était une chasse aux sorcières parmi les associations de Molenbeek »

« Il ne faut pas non plus croire que c’était une chasse aux sorcières parmi les associations de Molenbeek »

Rencontre avec Mme Françoise Schepmans, bourgmestre de Molenbeek.

Dans notre deuxième émission radio « Voix de passage », nous avons interviewé Ahmed El Khannouss, premier échevin, à propos des contrôles des ASBL à Molenbeek après les attentats de Paris. D’après lui, il y aurait eu des dérives lors de ces contrôles. Nous sommes allés à la rencontre de la bourgmestre, Françoise Schepmans, pour savoir ce qu’elle en pense.

Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer pourquoi il y a eu des contrôles des ASBL ?

A  Molenbeek, il y a eu le plan Canal, qui est un focus mis sur la sécurité par le fédéral après les attentats de Paris. Ce plan a débuté en février 2016, avec comme communes pilotes Vilvorde et Molenbeek. Dans le cadre de ce plan, il y a eu aussi la demande par le procureur général de mener sur Molenbeek, mais aussi sur les communes voisines (Jette, Ganshoren Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe), des operations BELFI, c’est-à-dire des opérations qui visent à cerner la fraude sociale et fiscale. Le procureur général a donc demandé à la police de faire un inventaire de toutes les associations situées sur le territoire de ces communes.

Quel a été le problème pendant ces contrôles ?

A l’occasion de cet inventaire, il y a eu une réaction de certaines associations, essentiellement des associations à caractère social, qui ne comprenaient pas pourquoi elles étaient contrôlées alors que ce sont des associations reconnues et subventionnées (soit par la communauté, soit par la région) et donc déjà contrôlées. Cela a suscité des crispations. Moi, en tant que bourgmestre, je pense que la police aurait dû être mieux informée: savoir pourquoi elle fait cet inventaire, à la demande de qui, et être plus attentive aux formulaires qu’elle a envoyé aux associations. Je pense que ça aurait dû être fait avec une meilleure explication. Pour commencer, ils auraient du expliquer pourquoi ils ont contrôlé toutes les associations, parce que la raison est simple:  c’est pour ne pas faire de distinctions malheureuses, comme par exemple choisir de seulement contrôler les associations religieuses, ou les associations de jeunes ….

Ahmed El Khannouss parle de contrôles des mosquées et lieux de culte. 

En tout cas, moi je n’ai pas reçu de plaintes des mosquées, seulement une de l’Union des protestants. A l’égard des associations religieuses, il n’y a pas eu de stigmatisation, toutes les associations ont été contrôlées de la même manière. Je pense qu’il y a eu une confusion ici aussi: la police demandait le nom des bénévoles et le nom des membres, mais en parlant de membres, elle voulait dire ceux du conseil d’administration et pas les membres de la congrégation ou de l’association religieuse. Je pense qu’il y a eu des confusions, oui, mais il n’y a pas eu d’intrusion. Je le répète, en tant que bourgmestre, je n’ai reçu officiellement qu’une plainte de l’Union des protestants et une de l’ASBL La Rue. Sinon je n’en ai reçu aucune autre. Ahmed El Khannouss affirme qu’il y a eu un mécontentement, mais il ne m’a transmis aucune plainte non plus.

Estimez-vous que ces contrôles sont nécessaires pour une question de sécurité ?

Ce n’est pas uniquement pour une question de sécurité. Justement, la confusion est venue aussi parce que ces contrôles sont arrivés dans le cadre du plan Canal, mais ce sont deux choses différentes. Le contrôle, l’inventaire d’association pour lutter contre la fraude sociale ou fiscale sont nécessaires. On a des associations qui sont des paravents à des activités d’ordre commercial ou à des activités illicites, c’est une réalité. La difficulté c’est qu’il y a eu un focus avec le plan Canal, alors que des contrôles comme ça, on en en faisait déjà avant. La confusion, c’est aussi que ce plan BELFI ait été intégré dans le plan Canal. Il y a eu une superposition de 2 plans, et ça n’a pas été très bien compris.

Êtes-vous donc d’accord avec Ahmed El Khannouss sur ce sujet ?

Il y a eu des problèmes de communication, certes, mais il ne faut pas non plus croire que c’était une chasse aux sorcières parmi les associations de Molenbeek. Je ne pense vraiment pas que c’est dans cet esprit là que cela a été fait.

Propos recueillis par Marine Souxdorf

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *