Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by in 1080 Discriminé, Infos en plus

Favoriser le vivre ensemble et la mixité à l’Ecole 6

Favoriser le vivre ensemble et la mixité à l’Ecole 6

Madame Dewaele fait partie de la cellule pédagogique de l’École 6, située près du canal. Une de ses missions est de favoriser activement le vivre ensemble. Plusieurs projets sont exploités afin d’aider les enfants à vivre dans une société plus juste et égalitaire.

Mixité, tolérance, estime de soi, ouverture à l’autre, ces valeurs chères aux écoles sont abordées sous différentes formes par les corps enseignant et pédagogique. La responsable pédagogique Mme Dewaele dresse les grandes lignes des projets développés.

« Nous avons plusieurs projets. Depuis septembre dernier, il y a cette heure de citoyenneté et de philosophie, et c’est à travers la philosophie qu’on va avoir une discussion citoyenne », explique Mme Dewaele. Pour ce faire, l’enseignant va suivre des formations spécifiques dispensées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Les enfants apportent à l’école ce qui leur est donné de l’extérieur, l’école n’est pas en dehors de la société. A partir du moment où des enfants entendent à la maison, par exemple, des discriminations par rapport aux femmes, eh bien cela va se répercuter. »

Étant donné qu’il s’agit de classe de primaire, « la discussion est amenée et on essaie de voir si le milieu familial dans lequel il vit véhicule une idée contraire aux valeurs que défend l’école ».

Cependant, assure madame Dewaele, « il n’y a aucun sujet tabou, heureusement, en sachant aussi que l’enseignement doit être neutre ».

Concrètement, les professeurs mettent sur pied des projets pour inculquer ces valeurs de vivre ensemble. « Par exemple, mettre une fille et un garçon ensemble afin de rendre un travail. On va leur demander une analyse de leur ressenti, puis d’arriver à une réflexion personnelle ».

« Parfois, avec les 11-12 ans, on entend des phrases du genre « pourquoi travailler puisque de toute façon si on vient de Molenbeek on sera mal reçu », etc. L’estime de soi en prend un coup. On travaille beaucoup sur cela avec les enfants. »

Une autre problématique est celle de la mixité en milieu scolaire. Etablir des ponts et sortir des murs érigés artificiellement, c’est aussi une des missions de l’école.

« Dans l’enseignement primaire, malheureusement, la population n’est pas nécessairement mixte. Soit on facilite l’accès aux enfants du quartier, soit on fait une ouverture à tous en sachant qu’à un moment donné, il n’y aura plus de place. Ici, le premier choix a été fait. D’office, l’école va reproduire ce que la société fait en grand », explique la responsable pédagogique.

Pour pallier à cela, des échanges et des projets communs avec d’autres écoles sont mis sur pied. « Après les vacances de Pâques, les enfants seront amenés à choisir un instrument et un compositeur classique ! Pas Maître Gims [rires], afin de faire un échange avec des communes telles que Woluwe, Uccle etc., avec des enfants issus d’un autre milieu ».

Mais comme le souligne madame Dewaele, l’image véhiculée de Molenbeek a laissé des traces dans les jeunes esprits.

« Avec les évènements que Molenbeek a connu ces deux dernières années, c’est certain que cela a joué sur la façon dont les élèves se perçoivent. Parfois, avec les 11-12 ans, on entend des phrases du genre « pourquoi travailler puisque de toute façon si on vient de Molenbeek on sera mal reçu », etc. L’estime de soi en prend un coup. On travaille beaucoup sur cela avec les enfants. Il y a une sorte de facilité de voir les choses, en se disant que de toute façon ça ne sert à rien. »

Alexis Afeiche

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *